San Diego Comic Con 5 : le cosplay

wp-image-1849188972jpg.jpeg

Je ne suis habituellement pas fan de cosplay mais la SDCC m’a un peu fait revenir sur ce sentiment. Peut-être aussi parce que les costumes que j’y ai vu sont en lien avec ce que j’aime en terme de comics, de films et de séries ?

sdcc cosplay captain america black widowEn tout cas, c’est assez amusant de croiser des cosplayers dans le tramway, dans la rue et bien sûr à tout point de la Convention. Ils prennent la pose avec plaisir (normal, ils sont quand même là pour être vus et si possible appréciés, non ?). Certains se sont compliqués les choses avec des costumes encombrants et peu pratiques, et entre la foule et la chaleur extérieure (autour de 30 degrés à l’ombre avec beaucoup d’humidité), la vie est dure pour le cosplayer !

sdcc 2016 cosplay

Voici donc une petite sélection de ceux que j’ai croisés ici ou là pendant ces 4 jours, avec des costumes réussis et d’autres assez… improbables…

Road to Las Vegas : highway to hell

wp-image-138592359jpg.jpeg

Je reviendrai sur la SDCC mais faisons un petit break en changeant de ville et en partant à Las Vegas, la ville du péché (sin city en V.O.).

La route traverse le désert car après être parti de San Diego on remonte vers Los Angeles puis nord-est vers le Nevada. Les températures grimpent alors allègrement et on fait une pointe à 47 degrés en roulant.

Autant dire qu’à l’impression d’être dans un four et que le paysage est désertique. 

Les voitures et les camions en panne à cause d’une surchauffe se multiplient. Et ce ne sont pas les panneaux recommandant de couper la climatisation qui rassurent 🙂 On longe d’ailleurs la Vallée de la Mort (Death Valley).

Les sorties sont dotées de noms assez spéciaux, jugez plutôt !

Et au milieu du désert, une ferme à panneaux solaires puis Las Vegas !

To be followed…

San Diego Comic Con 4 : les panels

wp-image-1515970089jpg.jpeg

La SDCC est maintenant mondialement connue pour les panels de stars des séries télés et des films, qui ont lieu la plupart du temps dans le Hall H d’une capacité de 6500 places. Pour y accéder, les inscrits à la Comic Con campent parfois des jours et des nuits à l’extérieur du bâtiment ! 

san diego comic con

N’étant pas fan-atique à ce point, n’étant pas non plus très patient et n’aimant pas la foule, et de plus accompagné de mes enfants, nous avons préféré profiter de la Convention et de la ville de San Diego. Nous avons cependant pu accéder à la seconde plus grande salle, la Ballroom 20, et assister aux panels des séries Teen Wolf, The Strain, du reboot de Mac Gyver et surtout Luke Cage, le prochain héros Marvel à officier sur Netflix.

san diego panel

sdcc panel mac gyver

sdcc marvel netflix punisher

sdcc 2016 panel luke cage

sdcc panel marvel netflix luke cage

Pour les autres, les panels DC de Wonder Woman, Justice League ou encore ceux de Walking Dead, nous les avons regardé en léger différé dans une playback room quasi déserte, avec un léger décalage mais hélas sans les extraits vidéos ou trailers. Heureusement qu’on pouvait les trouver sur le web quasiment immédiatement… Une expérience qui n’est pas aussi bonne, loin de là, que d’être dans la salle, mais qui est bien plus accessible et confortable, en étant quand même dans l’ambiance, sans avoir les 9 heures de décalage horaire avec la France. Enfin, pour des questions d’horaires, nous n’avons pas vu les panels des films Marvel ou de Sherlock, mais le programme de la SDCC est tellement chargé et fatiguant !

Sdcc 2016 game of thrones

Sdcc 2016 agents of shield

Sdcc 2016 suicide squad

Sdcc 2016 ben affleck

San Diego Comic Con 3 : les comics

wp-image-1870116057jpg.jpeg

La SDCC ce sont à la base des comics, même si l’impact des shows TV et du cinéma les a peut être (sans doute) détrônés : on parle plus auprès du grand public des films et des séries, ainsi que des fans qui campent pour assister aux panels, que des comics qui sont souvent à l’origine de tout cela. 

Cela se ressent un peu aux panels dédiés qui sont du coup, et c’est tant mieux, assez accessibles, j’ai ainsi pu voir celui de Marvel sur Civil War II (bientôt sur Xapur.net !) et celui de DC sur les séries Harley Quinn et Suicide Squad en étant bien placė et avec des grands noms comme Jim Lee, Amanda Conner, Axel Alonso… Et la partie dédiée aux comics dans l’Exhibit Hall est aussi la plus calme du salon (mais les comics sont une religion et se respectent, isn’it ?).

Pour les lecteurs, il y a cependant de quoi faire pour retrouver des comics de collection, avec des stands très bien fournis (et des prix astronomiques!), et c’est aussi l’occasion de voir de près certains artistes. Que ce soit lors de dédicaces (bon courage pour certains, il faut des heures d’attente pour avoir un autographe – payant bien sûr), ou sur leurs stands, car beaucoup de dessinateurs en ont un et sont parfois très accessibles. Ils vendent alors des prints ou des sketchbooks, dédicacés ou pas selon le prix, et peuvent aussi réaliser des commissions. Un bon business pour arrondir les fins de mois. Et même sans faire la queue on peut parfois approcher assez pour une photo…

Jim cheung San Diego 2016

J’ai apprécié (et je l’ai dit sur Facebook -follow me !), de voir Jim Jeung qui, voyant que je voulais le prendre en photo, a carrément pris la pose, ou encore Simone Bianchi avec qui j’ai pu discuter un peu d’Italie/Toscane d’où il travaille. 

Sdcc2016 Mike mignola
Mike Mignola

Et serrer la main de Mike Mignola ou voir de près Arthur Adams, Jason Aaron ou Bruce Timm, c’est quelque chose !

sdcc 2016 arthur adams
Arthur Adams
jason aaron san diego comic con 201)
Jason Aaron
sdcc 2016 bruce timm
Bruce Timm

San Diego Comic Con 2 : le Convention Center

wp-image-643908561jpg.jpeg

San Diego comic con

La SDCC est une énorme machine avec près de 200 000 participants sur 4 jours (plus une preview night le mercredi soir) et l’organisation doit être en conséquence avec des centaines d’organisateurs, de personnels de sécurité, d’exposants et de volontaires.

San Diego comic con

Naviguer dans l’énorme Convention Center est difficile que ce soit par la taille du bâtiment, le nombre d’événements qui se déroulent en simultané, et les milliers de personnes qui circulent dans un brouhaha permanent. 

San Diego comic con

Ici, plusieurs règles d’or :

  • Once in, never get out : ne jamais ressortir sous peine de passer une heure pour rentrer
  • Ask, ask and ask : pour être sûr d’être dans la bonne file, pour aller à un endroit donné, pour savoir où aller et quand
  • N’oublier ni bouteille d’eau ni pull ou sweat shirt car les pièces peuvent être glaciales à cause de l’air conditionné 
  • Récupérer les plans et programmes, et essayer de se repérer au milieu de la foule bigarrée !

    San Diego comic con

    Universal Studios et Disneyland

    wp-image-545810412jpg.jpeg

    Passage obligé à Los Angeles, les parcs d’attraction ! Nous commençons par Universal Studios qui a inauguré en juillet avril le village de Poudlard issu des livres et films de Harry Potter, un peu incongru sous le soleil californien !

    Bienvenue à Pré-au-Lard

    Heureusement il y a la bière au beurre pour se rafraîchir !

    Ainsi que les zombies de The Walking Dead, bien refroidis !

    Un peu de repos puis nous passons au deux parcs Disney, autre ambiance !

    Oncle Walt veille sur son empire
    Une balade dans l’espace avec C3PO comme pilote
    Hyperspace Moutain, ou comment adapter Space Moutain à la sauce Star Wars !

    Santa Monica

    wp-image-307078478jpg.jpeg

    Je profite d’une connexion capricieuse pour vous faire profiter des plages du Pacifique. Après Venice bondée, Santa Monica et ses larges plages de sable sont un bonheur pour tester la fraîcheur de l’océan et le soleil très chaud de la Californie. Sans parler du Pier, une jetée de bois avec parc d’attraction au dessus de l’eau ! Pas très loin, il y a la mythique Malibu…

    Los Angeles Walk of Fame

    wp-image-316972857jpg.jpeg

    S’il y a bien une chose pour laquelle Los Angeles est connue, c’est son industrie du cinéma, incarnée par le nom de Hollywood et ses stars. Des étoiles gravées au sens propre dans le Walk of fame, une série d’environ 2500 noms, des plus anciens aux plus récents, des gloires révolues aux éphémères à la mode. Réalisateurs, acteurs, musiciens et chanteurs se côtoient dans un parfait désordre sous les pas des touristes…

    Et ne pas oublier de toujours faire briller les étoiles…